Se connecter Se connecter
Français Portugais
Budget
à
Surface
à
Pièces
Residir Em Portugal
AVENIDA DOM JOAO II, 50 - Piso 4 Parque das Nações
1990-095 LISBOA


+351 211 212 031
+33 662 311 258
PANORAMA DES RETRAITES EN FRANCE

L’image des retraités que nous donne les médias, offre trop souvent peu d’alternative.
D’un côté, les minima vieillesses toujours insuffisants poussent les pensionnés vers la vente de leur maison en viager ou son partage low-cost avec des étudiants en quête de faibles loyers, en échange d’une solidarité intergénérationnelle bien comprise.
De l’autre côté du miroir aux alouettes, voici des seniors en pleine santé qui enfin libérés des contraintes du travail, savourent en couple le luxe du temps retrouvé par une consommation raffinée, sélectionnée à l’aune du bon goût, du bio et d’une grande ouverture culturelle avec une vitalité de fringants quinquagénaires.
 
Essayons d’y voir un peu plus clair. 
 
Les effectifs des retraités du régime général ont grossi de 1,4 % en 2014, atteignant près de 13,7 millions de personnes (6,11 millions d'hommes et 7,56 millions de femmes), et la pension mensuelle totale (tous régimes inclus) serait en moyenne de 1 431 euros. On retrouve l’écart qui constate la disparité homme/femme durant l’activité professionnelle : -20 % pour les femmes (1 157 €) et + 21 % pour les hommes (1 740 €) par rapport à cette moyenne. 
 
Les retraités en 2014 étaient légèrement plus âgés que l'année précédente : en moyenne, ils ont 73,6 ans, contre 73,4 ans en 2013. 
 
Selon le Conseil d'Orientation des Retraites (COR), le niveau moyen des pensions de droit direct s'élève à 1 245 euros nets par mois. L’écart homme/femme se creuse en défaveur des femmes qui ne reçoivent plus que 879 euros quand les hommes touchent 1 657 euros, soit près du double. Pourtant, cet écart devrait se réduire pour les générations d’après 1960 et les suivantes. 
 
Le revenu médian s’élève lui à 1 600 euros environ pour les retraités (autant de retraités qui gagnent moins que cette somme que de retraités qui gagnent plus). Un niveau qui les rapproche de l'ensemble des Français, puisque le revenu médian en France est estimé à 1 750 euros.

Le taux de pauvreté, lui, est le même que pour les actifs : environ 10 % des retraités touchent 960 euros par mois. De l'autre côté de la pyramide, 10 % des retraités perçoivent 3 080 euros par mois et par unité de consommation (UC). 
 
Le COR, corrige la vision de cet écart par la propriété immobilière, puisque pour 65 % environ, les retraités possèdent leur logement, et ils n'ont souvent plus de loyer à payer et d’enfants à charge. De même, le patrimoine médian des Français est de 114 000 euros quand celui des retraités du secteur public est de 167 000 euros et celui du secteur privé (hors agriculture) est de 282 000 euros.

Si le niveau de vie des retraités est statistiquement comparable à celui des actifs, les retraités ont néanmoins d'autres dépenses : ils financent de plus en plus la dépendance de leurs ascendants et viennent en aide à leurs enfants. Si bien que le COR estime qu'ils redistribuent 5 % de leurs revenus, soit 20 milliards par an au total. 
 
Le pouvoir d'achat des retraités subit toutefois les assauts de la rigueur depuis plusieurs années. Les pensions, habituellement revalorisées chaque année en fonction de l’inflation, furent gelées entre avril 2014 et octobre 2015. Les retraites complémentaires ARRCO et AGIRC, versées aux anciens salariés du secteur privé, n’ont pas été non plus revalorisées en 2015. La disparition en 2015 de la demi-part fiscale pour parents isolés ou aux veufs et veuves ayant élevé un enfant, a également affecté leur pouvoir d'achat. Tout comme la fiscalisation, pour la première fois en 2014, du bonus de 10 % des pensions des retraités ayant eu au moins trois enfants. 
 
Une très large majorité (89,4 %) de retraités passe leurs vieux jours en métropole. L'Ile-de-France, le Sud-Est et tout le littoral ouest, du Nord à la côte basque, sont parmi les régions les plus prisées. Mais 10 % passe sa retraite ailleurs qu’en métropole. 
 
Ce chiffre pourrait bien grossir dans les années à venir et les offres comme celles du Portugal ont de quoi effectivement séduire les candidats à l’expatriation…